En termes de chiffre d’affaires par personne, la Grande-Bretagne est même le numéro 1 mondial.

E-Commerce EN GRANDE-BRETAGNE

De bonnes opportunités pour les boutiques en ligne étrangères.

Avec 127,2 milliards d'euros (en 2014) et plus de 30 % des ventes européennes, les Britanniques sont  incontestablement les numéros 1 du e-commerce en Europe. 


 

Payment

Les moyens de paiement les plus répandus en Europe sont le paiement par carte de crédit et les services de paiement électronique (comme Paypal). Typiquement allemands, le prélèvement automatique et l’achat sur facture, où le client reçoit sa commande avec une facture qu’il doit régler dans les 30 jours, procédé difficile à concevoir pour les Français.

Dans le commerce en ligne français, le bon vieux chèque est encore utilisé, et les commerçants britanniques, eux, offrent généralement le choix le plus réduit de moyen de paiement car la carte de crédit y est de loin le moyen le plus établi et utilisé. Ceci explique que la plupart des commerçants britanniques ne proposent que le paiement par carte ou un service de paiement électronique. Il n’y a que très peu d’ alternatives. 12 % des commerçants acceptent tout de même le paiement en plusieurs fois. Un paiement au moment du retrait de la commande n’est proposé que par un commerçant sur les 50 interrogés. Il en est de même du paiement par chèque.

Le moyen de règlement le plus utilisé dans le e-commerce britannique reste de loin la carte de crédit avec 40 % des ventes, suivi de près (35 %) par la carte de débit. PAYPAL se trouve en troisième place. A eux trois, ces moyens de paiement représentent 96 % du chiffre d’affaires.


 

Mobile Commerce

Le m-commerce (les achats faits à partir de  terminaux portables comme un téléphone ou une tablette) est en forte croissance.
Selon des études récentes de l’IMRG (association des e-commerçants au Royaume-Uni), la part du commerce mobile des ventes totales sur Internet se situe actuellement à 27 %, dont 80 % des achats via tablette et 20 % via téléphone mobile. Le pourcentage de visites de sites Internet par le biais de téléphones mobiles et tablettes se situe même à 38 %.

Une croissance massive de l'utilisation des supports mobiles en Europe est constatée : dans les cinq principaux marchés européens (Grande-Bretagne, Allemagne, France, Espagne et Italie), 105 milliards USD (= 92 milliards d’euros) des 700 milliards USD que représente le marché global. Encore une fois, la Grande-Bretagne est à la tête du classement avec 29 milliards d’euros (en 2014), suivi de l’Allemagne avec 24 milliards d’euros générés par le m-commerce. D’ici 2017, selon le Boston Consulting Group, ces cinq marchés croîtront de 25 % par an pour d'atteindre un chiffre d'affaires de 227 milliards d'euros.

 

LogistIQUE

Les processus logistiques sur l'île sont déjà très bien rodés et les fournisseurs de services logistiques se préparent à une forte hausse de la demande de services de livraison suite à l’essor soutenu du e-commerce. Ils investissent entre autres dans l'expansion de leurs services sur le plan international ainsi que dans de nouveaux concepts favorables à la clientèle, tels que des créneaux horaires fixes, de meilleurs systèmes de notification, des points relais ou la livraison le même jour.

Les grands acteurs internationaux comme UPS, Hermes, TNT et DPD voient arriver de plus en plus de concurrence comme Citylink, Spring City, ETS ou Parcel Force (le logisticien de Royal Mail) sur ce grand marché du e-commerce. La division  britannique de DHL a été rachetée en 2010 par Yodel, et depuis DHL n’est représenté sur le marché britannique que par sa prestation « Same Day » de DHL-Express, la livraison le jour même.


 

PerspeCtiveS

Même si les chiffres de croissance dans un marché aussi développé ne sont plus si époustouflants qu’ils ne l’étaient, le marché britannique continue tout de même à croître. Les organismes  de l'industrie prévoient une augmentation de 13,1 % pour 2015. Les points clés seront sans aucun doute  l'importance croissante du m-commerce (commerce sur téléphone portables/tablettes) ainsi que le grand potentiel du e-commerce transfrontalier avec tous ses challenges concernant la logistique et les différences de cultures.

 

Source: T3N | KF/msh | eCommerce Europe | Capgemini | Internet Retailer | IMRG | Post & Parcel | comScore | The Guardian | Eurostat | eMarketer | The Paypers| eCommerce News | Idealo